Ernest – République du Chiffon

Voilà déjà le dernier jour du mois (on dirait que 2017 a décidé de filer aussi vite que 2016 !), c’est donc le moment pour moi dévoiler la première pièce de ma garde-robe Capsule. Je vous l’avais annoncé dans mon dernier billet, il s’agit du manteau Ernest de la marque République du Chiffon.

Viguialca - Ernest - République du Chiffon

Viguialca - Ernest - République du Chiffon

Manteau Ernest (République du chiffon). Lainage gris chiné noir, relevé de fils métalliques, doublure gris perle, biais de satin noir et boutons carrés (Tissus Paulo)

J’ai eu un véritable coup de cœur pour ce modèle dès sa sortie. En fait, il me rappelle un manteau acheté il y a quelques années et que j’adore, à tel point que je le possède encore, même s’il commence à avoir sérieusement vécu. Je n’ai donc pas tardé à commander le patron.

Autre point très positif, j’ai eu l’occasion d’essayer une version cousue de ce manteau au salon Création et Savoir-faire de cet automne, ce qui a fini de me convaincre que ce patron était celui que j’attendais ;-).

De retour chez moi, j’ai pris le temps de réaliser une toile au préalable, ce qui m’a permis de vérifier mon choix de taille et de tester quelques modifications :

  • L’encolure devant est remontée de 2 cm, j’avais noté à l’essayage, et constaté sur les versions réalisées que l’encolure était plutôt large.
  • L’embu des têtes de manche est réduit de 2 cm : c’est plus facile à monter sur l’emmanchure, surtout si le tissu est épais et rigide (ce qui n’est pas le cas du lainage utilisé pour ma version), et surtout je préfère de loin le rendu, d’un point de vue esthétique.
  • Les passepoils de poches sont positionnés sur les repères hauts, ceux qui sont en fait destinés à la version courte, parce que je suis petite (;-)

Viguialca - Ernest - République du Chiffon

Viguialca - Ernest - République du Chiffon

Et comme il est rare que je n’apporte pas ma petite touche personnelle :

  • J’ai remplacé le col Claudine, par un col officier tracé par mes soins. J’affectionne particulièrement ce type de col, alors que voulez-vous, je n’ai pas pu résister. Entendons-nous bien, j’apprécie beaucoup le col original, et il n’est pas impossible qu’une autre version de Ernest voie le jour, équipée cette fois de son col Claudine, pourquoi pas, la version veste, pour le printemps, mettons.
  • Un biais en satin noir a été inséré entre la doublure et les parementures du manteau
  • Les boutons sont positionnés pas groupe de deux : un bouton qui boutonne « pour de vrai » ;-), et un autre uniquement à des fins esthétiques

Viguialca - Ernest - République du Chiffon

Viguialca - Ernest - République du Chiffon

Oops ! Vilain petit fil pas coupé !

Viguialca - Ernest - République du Chiffon

Viguialca - Ernest - République du Chiffon

Au niveau du montage, je n’ai pas monté les poches comme il est décrit dans le livret. J’ai suivi ma petite méthode personnelle, celle à laquelle je suis habituée, que j’ai apprise en cousant le fabuleux manteau de petite fille Agatha de Papillon et Mandarine . Au final, le résultat est identique et c’est bien l’essentiel.

Le montage de la doublure

Je n’ai pas eu de chance, le jour où j’ai voulu monter la doublure, la page du tutoriel était totalement out. J’ai donc du me contenter des explications du livret, qui peuvent paraître succinctes au premier abord. Mais finalement pas de problème particulier, ça va tout seul, et ma doublure est montée de façon propre avec le pli d’aisance qui permet au manteau doublé de conserver sa souplesse. Je retiens la méthode, et je marque donc 1 point pour le volet « apprentissage » du projet.

Viguialca - Ernest - République du Chiffon

Viguialca - Ernest - République du Chiffon

La photo précédente est un peu floue, mais elle permet de se rendre compte du joli effet scintillant de ce tissu que j’ai en stock depuis pas mal de temps. Je trouve personnellement que ce projet lui convient bien.

Je suis ravie de manteau, qui malgré tous les éléments qui le composent (parementure, doublure, poches, manches coudées) et le nombre important de pièces à décalquer, couper, entoiler et assembler  reste très abordable, à condition de prendre son temps, et de ne pas essayer de griller des étapes.

En ce qui me concerne, pour une pièce de ce niveau de complexité, une toile est indispensable pour vérifier le bien-aller du vêtement, en particulier s’assurer du choix de la taille. Il est rare qu’un patron m’aille du premier coup ! Le temps qu’on y passe, le fait qu’il s’agisse d’une pièce de dessus, et les matières engagées pour un manteau, tous ces aspects justifient largement le fait de préparer soigneusement le travail en amont. Je conseille vivement de ne pas zapper la phase entoilage qui joue un rôle essentiel dans la tenue du manteau. Cela prend du temps, certes, mais vaut vraiment le coup !

Le bilan du mois de janvier pour le projet #jecoudsmagarderobecapsule2017 est plus que positif et me voilà surmotivée pour continuer en février. Ce mois du cœur de l’hiver sera le mois du haut en jersey, mon cœur balançant entre 2 patrons : le fameux T-shirt Plantain de Deer and Doe, ou bien le non moins fameux Trop-Top d’Ivanne S. Et pourquoi pas les deux, finalement ?

Viguialca - Ernest - République du Chiffon

Viguialca - Ernest - République du Chiffon

Je remercie aussi mon homme d’avoir accepté la difficile et très ingrate tâche de photographier une personne qui n’est JAMAIS contente de ses photos ;-)

Viguialca - Ernest - République du Chiffon

A bientôt !

49 commentaires sur “Ernest – République du Chiffon”

Les commentaires sont fermés.