Le manteau de 7h

Pardonnez moi cette image culinaire, c’est l’ idée qui m’est venue immédiatement au moment de choisir le titre de ce billet. Peut-être l’avez vous compris, ce manteau a été long à coudre, très très long. Déjà, je l’ai commencé, cet été, pendant les vacances, dans un accès d’hyper-organisation, et à la faveur d’une journée pluvieuse. Ca, c’est pour le délai de réalisation. 2 mois et demi … Pas mal ! Quant au temps de réalisation, j’avoue, arrivée à un certain stade, j’ai arrété de compter les heures. Non que j’aie rencontré des problèmes insurmontables, ça non, mais surtout parce que je me suis rajoutée un certain nombre de contraintes techniques qui ne feront ni chaud ni froid à certaines, mais que personnellement je réalisais pour la première fois.

Il fallait que je refasse un manteau aux filles. Même si elles peuvent encore porter les manteaux cousus il y a 2 ans (ici et ), il était temps de m’y coller à nouveau. Pour aller vite et me libérer du temps pour certains autres projets. J’avais décidé d’aller à l’essentiel, et de coudre sans fioriture aucune, des modèles déjà cousus, et maîtrisés. Simple efficace, hop ! C’est fait !

Le problème c’est que je suis atteinte d’un syndrôme particulièrement puissant qui m’empêche absolumment de faire quelque chose de simple alors que ça pourrait être compliqué.

Donc… Si à l’extérieur, le modèle semble -presque- conforme à sa version de base, en réalité à l’intérieur il est le résultat d’un intense tripatouillage. Je vous montre :

Manteau Céphée (Grains de couture pour enfants, Ivanne S.), taille 4 ans. Lainage à petit carreaux moutarde, choisi par ma fille (Hé hé, Smichkine … :-D) doublure polyester et boutons (Tissus Myrtille Trégueux), passepoil pétrole (Cousette). Taille 4 ans.

Donc, comme je vous le disais, le manteau à l’extérieur est un Céphée avec son raglan, son double-col, son pli au dos, sa martingale et ses pattes boutonnées au côté et à la manche.

A l’intérieur, on est dans le free-style complet (mais maitrisé, attention !).

J’avais envie qu’il soit « pro » à l’intérieur, je lui ai donc créé des parementures devant, que j’ai passepoilées pour souligner la couture. J’ai aussi prévu un ourlet aux manches et au bas de la doublure.

J’avais envie qu’il soit chaud, je l’ai donc intégralement triplé de ouatine, et j’ai matelassé les manches pour qu’elles soient un peu moins volumineuses.

J’avais envie qu’il favorise l’autonomie de ma pitchoune qui est encore un peu embétée avec les boutons, je lui ai donc ajouté une fermeture à glissière avec sous-patte avec petit rempli sur le haut pour protéger le délicat petit cou. Pour « isoler » un peu plus du froid, j’ai camouflé cette fermeture sous un rabat, qui tient fermé à l’aide de scratchs.

Voilà, voilà, beaucoup de calcul, de retraçage, d’anticipation de raccords carreaux, bref de la couture aux petits oignons !

Le seul écueil rencontré : après avoir retaillé toutes mes pièces, j’ai oublié de vérifier les longueur obtenues entre doublure dos et dos. Au moment de refermer le manteau, patatras, la doublure était trop courte, et ça gondolait affreusement ! J’avais l’intention de racourcir sauvagement le tout, et puis une amie m’a judicieusement suggéré (Merci !) de plutôt rallonger la doublure en ajoutant une bande de tissu. J’ai donc décousu tout le bas du manteau, et remplacé la bande d’ourlet intérieure par une bande plus large, puis refermé le tout en prenant bien garde aux longueurs cette fois-ci. ça valait le coup, en regardant le manteau fini, on ne se doute de rien, l’alignement sur la ligne de carreaux, minutieusement calculé, est préservé. La moralité en tout cas, c’est que je penserais à ce détail pour les prochaines fois.

La même amie qui m’avait donné ce si précieux conseil  m’a aussi fournie en scratch assorti au manteau, et là tout de même, c’est le fin du fin !

J’avais déjà cousu ce manteau dans une version printagnière en 2012, je ne regrette pas cette seconde version ! Jugez plutôt :

 

Viguialca_Cephée_GrainsdeCouture

100192087_o

 Les images parlent d’elles-mêmes, je crois bien…

A bientôt !

56 commentaires sur “Le manteau de 7h”

Les commentaires sont fermés.