Opale et moi… 48


Vous l’aurez peut-être remarqué, la couture femme n’occupe pas sur ce blog une très grande place. Pourtant des patrons, j’en ai. Des Burda, des Ottobre, des livres de couture japonaise, des Deer And Doe, du Grains de couture, il y a le choix. Mais je ne passe jamais le cap. Même si je prévois toujours de me coudre une ou deux petites choses pour la saison à venir, c’est toujours au final, la couture pour les petites qui l’emporte. Moins codifiée, plus simple rapport à une morphologie moins « originale », plus inspirant, aussi, peut-être, j’y suis plus à l’aise pour le choix des couleurs, les petites fantaisies y sont plus autorisées, voire même recommandées, bref, en couture petite fille, je me lâche, je m’éclate.

Et puis aussi, j’ai fait quelques expériences malheureuses. A coudre « bêtement » un patron sans prendre ses mesures, sur la simple notion de taille commerciale, alors qu’on est pas forcément dans les standards, c’est le moyen le plus simple d’être déçue. L’année dernière j’ai investi dans quelques livres de patronnage adulte (Teresa Gilewska, Le modelisme de mode vol. 1, Coupe à plat les bases ed. Eyrolles), et j’ai compris ce qui pêchait. Par la même occasion, j’ai compris aussi qu’il me faudrait un peu de boulot pour me coudre des vêtements adaptés. Résultat, une procrastination notoire jusqu’à il y a quelques jours.

Cette robe, Opale, c’est comme pour beaucoup d’autres mon coup de cœur du livre d’Ivanne Depuis que j’ai le livre, depuis février donc, j’en rêve. Un simple coup d’œil aux tableau de mesures m’a confirmé le côté « huile de coude » qu’il me faudrait pour interpréter les modèles féminins du livre. Cet « écueil », ajouté à mes doutes que la robe Opale puisse me convenir, ont relegué le projet au dessous de la pile, très très loin. Mais souvent, j’y repensais, je faisais des calculs, je (re)prenais des mesures, je compulsais mes livres de patronnage, je relisais le cahier technique, j’allais presque me lancer et puis je repoussais. Je la coudrais, un jour, quand je serais moins ceci, plus cela, quand j’aurais retrouvé mon corps d’il y a 10 ans, 20 ans, tout ça, je ne vous fait pas de dessin … Autant attendre la Saint Glin-Glin, la semaine des 4 jeudis, ou que les poules aient des dents. A ma connaissance, ce n’est encore jamais arrivé.

Il y a quelques jours, je me suis dit que je n’abordais pas forcément le problème de la bonne manière. Et qu’il valait mieux cesser de me censurer en termes de modèles et finalement, oser. Parce que le très bon côté de savoir un peu coudre, c’est tout de même la possibilité de sur-mesure que cela confère. Alors j’ai copié le patron de la robe Opale, et je l’ai adapté pour moi ! (Plutôt que de tenter de m’adapter à Opale) Trève de bla-blas, la voilà :

 Robe Opale (Grains de Couture pour Hommes et Femmes). Fin Chambray bleu à pois argentés (Ouvrage des dames).

 Alors, alors, techniquement, qu’est-ce qu’il y a dans cette robe :

– Le compromis de taille nécessaire à ma morphologie, suite à la prise sincère de mes mensurations (que je taierais ;-)).
– L’adaptation des pinces poitrines pour qu’elles tombent pile poil au bon emplacement , tuto disponible ici : Adaptation de pinces poitrines existantes à sa morphologie
– La reprise de l’encolure dos qui baillait, selon la technique décrite dans le livre Grains de Couture (Une chose est certaine, on est pas livrée à nous mêmes face aux patrons de ce livre !),
– Le redressement de la ligne d’épaule, trop tombante pour moi sur le patron initial.

Pour tester mes modifications à plat du patron, puis pour l’adapter plus finement, j’ai bien pris soin de faire une toile de la partie corsage de la robe. Une fois mon « gabarit d’Opale de base » dessiné, je me suis attaquée à la version définitive :

 – Ouverture de l’encolure pour qu’elle soit plus de forme bateau (mais moins que la version d’Ivanne),
– Ajout d’un petit col claudine en pointe (factice dans le sens où il est simplement appliqué sur le devant, et ne fait pas le tour de l’encolure) un peu comme Smichkine l’avait fait au mois de mars.
– Des fronces pour la partie jupe au lieu de plis, ça me semblait plus adapté dans ce joli chambray souple et fin.

 Concernant le zip, il est bien plus long que conseillé dans le livre, je ne sais pas ce qui m’a pris, il fait quasiment toute la longueur de la robe. Je voulais être sûre de ménager une ouverture suffisante, je crois que c’est bon :-). J’ai eu peur que cela donne une certaine rigidité au côté zippé, mais au vu des photos, ça roule, la fermeture est suffisamment souple. Je l’ai posée suivant la technique du livre, sur couture fermée, ça a plutôt bien marché.

J’ai essayé de vous rendre le scintillant de ce superbe tissu de l’Ouvrage des Dames …

Défilé

 

Résultat des courses : et bien ma foi, je suis ravie. J’ai porté ma robe toute la journée d’hier, j’y suis très à l’aise, signe que mes adaptations sont correctes, et que le temps que j’y ai passé en valait la chandelle ! J’en imagine d’autres versions -une vraie révolution !-, ce sera beaucoup, beaucoup plus simple maintenant que j’ai mon patron de base ( qui nécessite encore quelques améliorations notamment la correction de l’emmanchure au dos, qui baille encore un peu, à ma décharge, c’est loin d’être évident de travailler sur son propre dos).

 J’ai aussi appris énormément de choses en faisant ce petit travail de patronnage, pas si rebutant que ça finalement (les bras m’en tombaient, en cause aussi le fait de travailler sur moi-même, ce qui représente en soi un sacré motif de renoncement), et même, disons le mot, passionnant. Et quand le résultat est là, c’est très très valorisant, et motivant ! Un petit goût de « reviens-y »,en somme :-). En fait, je me coudrais bien Belladone

A bientôt !

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

48 commentaires sur “Opale et moi…

  • caro

    Elle est ravissante et te va parfaitement bien !! tu es superbe dedans !!! J’espère bien que maintenant on ne va plus t’arrêter et que tu vas te coudre plein de trucs pour toi !!!

  • Rosepaillettes

    Je te félicite et surtout te remercie car je suis exactement dans le même cas que toi. J adore coudre pour mes filles, mais j ai une barrière énorme à la couture pour moi, alors que comme toi j ai beaucoup de patrons mais je n ose pas…j essaie actuellement de me lancer avec deer and doe..et ton post me donne plus de courage! À bientôt!

  • les mots doux

    comme je te comprends , je suis un peu comme toi !! je me tourne plus facilement sur de la couture pour ma poulette plutôt que pour moi !! Ta robe est divine et te va super bien !! bravo on a hâte de voir la suite !!!

  • 3 étoiles

    Bravo, elle te va tellement bien! Tu me retentes du coup car moi aussi je repousse mon Opale. En revanche j’ai fait la belladone et te la conseille vu tout ce que tu as appris comme modifications!

  • MISSEGUE

    Je me retrouve beaucoup dans tes réflexions et ton analyse. C’est très joliment écrit, et aussi réussi que la robe. Double félicitations

  • Pomme Eglantine

    Tu as eu tout à fait raison de te lancer dans la couture pour toi en adaptant le patron à ta morphologie ! C’est une vraie réussite.
    Je comprends tout à fait tes tergiversations, je n’ai pas non plus des mensurations standards et je sais que quand je couds pour moi, ce sera forcément long. Alors que pour les enfants c’est une autre histoire. Et finalement, je prends de plus en plus de plaisir à patronner alors qu’au contraire je déteste décalquer un patron tout fait.
    Pour plus d’aisance, je me suis fabriqué un mannequin en scotch, que j’ai moulé sur moi. C’est très très moche , mais ultra pratique (parce qu’avec les mannequin réglables du commerce je trouve ça trop approximatif).

  • Roméo Petrolette

    Elle est superbe!tu as bien fait de te “forcer” a la coudre, elle te va vraiment bien! bravo!
    c’est forcement évident de coudre pour soit.
    pendant plus de deux ans, je n’ai cousu quasiment qu pour mes filles. mes essais de couture adulte étaient quasiment toujours de beaux ratés. mais depuis un an je couds beaucoup plus pour moi, en adaptant les patron parfois. JE ne sais pas trop pourquoi, c’est venu d’un coup. peut être parce qu’avec un peu plus d’expérience et de technique je m’en sors mieux avec les patrons, le choix des tissus et les formes qui iront ou non… mais il y a encore de beaux ratés, hein!

  • Sandrine

    Félicitations !! Elle est très jolie cette robe !! Opale reste une de mes robes préférée … Je trouve vraiment que l’on prend vite l’habitude de modifier ses patrons c’est systématique … et instructif à chaque fois … Belladone est très bien aussi tu vas aimer !! Et je trouve que la couture adulte, cela nous force à nous accepter tel que l’on est …

  • NanouQc

    Super réussie, je suis épatée par tes ajustements, tu as saisi le principe (et je t’envie, faudrait que je m’y mette plus sérieusement)! Je te rejoins sur tous les points, on a un peu le même cheminement en couture: plus facile de coudre pour les enfants que pour nous, des morphologies différentes et variables. Et puis aussi, l’habitude du prêt-à-porter: le fait qu’en magasin, on essaie nos vêtements et on achète ou non, alors que lorsqu’on se lance dans la couture femme, on n’a pas idée du résultat avant la presque fin du projet.
    Pour Belladone, je pense qu’une toile est indispensable pour le dos, si tu décides de te lancer. Pour m’être aventurée en free style avec ce modèle, je regrette le fait d’avoir dû autant retravailler le dos pour un résultat bof bof. J’aurais mieux anticipé le résultat final en cousant une toile. Et c’est un modèle très dur à ajuster sois même dans le dos (donc si tu as une copine couturière pour t’aider à placer des épingles sur toi ou si tu as un budget pour t’acheter un mannequin ajustable, c’est encore mieux)

  • etoilesdesneiges

    tu as bien fait de te lancer ! ce tissu est superbe en plus (je l’ai aussi cousu et impossible de le prendre en photo)
    je dois me coudre une robe pour …dans 15 jours et comme toi, cela fait des mois que je tergiverse, que je réfléchis à ce qu’il faudra modifier… maintenant que la date de la cérémonie approche, il va falloir que je m’y mettes et tu me donnes un peu de courage !

  • mamzelle liloo

    Pour quelqu’un qui a beaucoup hésité, c’est plutôt pas mal. Je l’a trouve très bien réussi et elle te va très bien. Comme quoi, parfois, il ne faut pas trop réfléchir et se laisser.
    Felicitation.

  • P'tites sapes

    So perfect cette robe! C’est drôle Marie-Laure, je suis exactement dans les mêmes réflexions en ce moment, et tout est parti du livre d’Ivanne. Qu’est ce que j’ai pu être naïve à penser que j’obtiendrai les vêtements de mes rêves simplement en suivant des standards! Comme toi, j’y ai vu d’abord beaucoup de contraintes, redessiner, tester, y passer bcp de temps, et puis, en faisant, on se rend compte, déjà que c’est hyper satisfaisant d’avoir du sur mesure, et même, comme tu dis, que c’est loin d’être désagréable de patronner, de se creuser un peu la tête…

  • Dame EtCaeTeRa..

    tiens ! on dirait bien qu’on en est au même point toutes les deux ! je commence aussi à coudre pour ma pomme après m’être posé les mêmes questions que toi… et après autant de craintes ! j’aimerais bien me tenter opale moi aussi, mais finalement, j’ai commencé par Belladone… et puis j’aurais bien aimé m’adapter aux mensurations du patron, mais finalement, l’inverse était plus réaliste ! bref, j’ai un peu eu l’impression de me lire chez toi….
    ceci dit, ta robe est bien jolie, le tissu a l’air super agréable et tout mignon avec ses petits brillants… c’est sympa de te voir un peu par ici… à quand la belladone ?

  • La grenouille

    Tu t’en est super bien tirée : beau boulot ! C’est effectivement pas facile de s’adapter à nos morphologies de femmes si différentes ! Je suis intéressée par le tuto des pinces poitrine (la mienne est toujours sous les pinces prévues par le patron et quand j’adapte je me retrouve avec une encolure qui baille … Je dois mal m’y prendre !)
    Vivement belladone (et ça me fait sourire ce j’ai commandé le patron avant hier , mais d’ici que je m’y mette …)

  • Chou D'Iris

    Elle te va très bien, tu as bien fait de te jeter à l’eau. Les livres dont tu parles m’intéresserait, ce sont lesquels ? Je crois qu’il faudrait que je retouche moi aussi les patrons pour arriver à me faire quelque chose de joli comme toic

  • paups

    je ne suis pas une grande fan des robes froncées pour femme mais elle te va bien et est parfaitement ajustée, ça valait la peine d’y passer du temps.

  • Anne-Charlotte

    Bon bah voilà, ça fait pas du bien franchement de coudre pour soi?? je suis d’acc, coudre pour les enfants, c’est plus simple, plus rapide, moins de prises de tête et plus de fantaisies possibles!! Ce tissu est très sympa!! Cette robe est très jolie sur toi ! yapluka…

  • lalolo

    ha, c’est super, ta robe est magnifique et effectivement elle tombe “impec”, tu nous dirais quels livres t’ont plu et ont été utiles pour le patronage ? j’ai patronné un peu pour mon fils ainé a qui les patrons “standards” ne vont pas du tout (plutôt taille basse et très musclé des jambes), mais sur des ouvrages simples, cela prend du temps mais c’est aussi tellement plaisant de coudre un vêtement vraiment confortable

  • Grenouillesroses

    Tu me fais envie. Modèle pas standard possédant une multitude de patrons pour femmes et presque jamais sauté le pas malgré l’envie. Il va falloir que je prenne sincèrement mes mesures et que je fasse comme toi pour enfin coudre pour moi avec plaisir parce que jusqu’à présent cela a toujours terminé à la poubelle (et moi en rage). Alors merci pour ton “bon exemple”, reste à le suivre… Et pour le tuto des pinces, avec plaisir!

  • senami

    bravo, mille fois bravo. ton aventure est celle de beaucoup d’entre nous et de moi en particulier. la couture est finalement une thérapie, parfois douloureuse mais au bout du compte, tellement positive ! je me retrouve vraiment dans ce que tu écris, et suis encore plus heureuse de voir ton projet abouti !
    senami

  • smichkine

    Eh bien tu vois quand tu veux Je suis fière de toi, elle est vraiment réussie et te va à merveille , et donc, zou ! On enchaîne sur belladone , attention tu m’as écrit, il y a des preuves, témoins, on ne te lâchera pas !
    Et quand je pense que j’avais adoré cette tunique que tu portais quand on s’est rencontré, que tu avais cousu, avec de la dentelle, je ne comprenais pas pourquoi tu ne faisais pas plus pour toi
    Et tiens, peut-être que je vais prendre exemple sur toi pour retravailler Airelle, pffff si j’ai le courage

  • Mon Roy'Home

    Coudre pour soi et adapter un patron à sa morphologie est un vrai challenge mais comme toi j’ai adoré ! Il est vrai que je dispose d’un mannequin de couture que j’ai pu adapté à mes mensurations et ça m’a changé la vie ! Tu es arrivé parfaitement mais cela ne m’étonne pas ! Tu as le talent pour y parvenir ! Belle réussite et vivement la Belladone !

  • lamouetteausec

    Elle est magnifique! Bravo pour ton travail d adaptation! J ‘ espère que tu es mordue! Je suis de l’opinion que la plupart des femmes qui cousent tous leurs vêtements ont des morphologies qui ne rentrent pas dans un moule commercial. Et j en sais quelque chose! Mais depuis que je bidouille lea patrons, c est une libération! Et oui, couds toi Belladone! la jupe de cette robe est extraordinaire et le dos en 2 parties très adaptable!

  • Steph and Co

    Ah mais j’aurais pu écrire le même article, sauf que … j’ai résolument du mal à sauter le pas de coudre pour moi. Je suis vraiment mal foutue un grosse différence de taille entre le bas et le haut (à l’inverse de ce qu’on rencontre en général dans les modèles du commerce…) !!!
    Tu es toute belle dans ta robe, tu as eu raison de te lancer!

  • brindemalicia

    Et bien maintenant j ai hate de te voir en belladone. Cette opal est une vraie reussite. Je te rejoins complètement concernant la difficulté de coudre pour soi…je commence a peine prendre mes marques. A très vite

  • Cyfilet1aiguille

    Je ne peux que te conseiller Belladone ! Je suis intéressée par le tuto dont tu parles : j’ai toujours du mal à positionner mes pinces. En tout cas c’est une belle réussite …

  • Petits D'om

    Il est beaucoup plus difficile de coudre pour soir que pour les enfants, on a toujours envie que ça soit parfaitement ajusté et on est d’ailleurs bien plus exigeant qu’avec les vêtements qu’on achète dans le commerce. L’avantage du sur-mesure ! Même si on y passe plus de temps que pour nos loulous, quel plaisir d’arriver à un tel résultat ! Bravo, le jeu en valait la chandelle, tu as persévéré, fait ça dans les règles de l’art et le résultat est superbe. Cela ne m’étonne pas que tu ais aimé l’expérience et que tu y prennes goût ! Et puis quelle fierté aussi

Les commentaires sont fermés.